Nouvel article

Je vous écris cette histoire porno entre deux moment perdu. D'habitude je passe plus de temps à faire des webcam sexy avec toutes vos animatrices, mais là, j'avais envie de reprendre la plume, ou plutôt le clavier pour vous envoyer cette histoire porno.

Promis, ensuite, je retourne me faire du bien en compagnie de toutes ces belles femmes nues qui veulent jouir et s'exhiber en direct et devant moi. Je les adores trop de toute manière.


"Oh merde oui, bébé, baise moi ! "J'emmerde ma chatte serrée !" J'ai crié quand mon copain Jeff a enfoncé sa bite dans ma chatte encore et encore.

"Maudite Sally, c'est comme si ta chatte se serrait de plus en plus à chaque fois qu'on baise !"

Je ne pouvais que gémir d'une réponse. La vérité était qu'il avait raison. J'avais 26 ans, 85 livres et j'étais dans la force de l'âge, et je voulais le rester. Avoir un petit ami de 28 ans qui est plus excité que moi rend les choses plus difficiles, alors je prends des mesures supplémentaires. Je fais des kegels tous les jours, du yoga toutes les semaines, et je prends souvent des bains au vinaigre (oui ça marche, et non ça ne laisse pas d'odeur) pour garder ma chatte aussi serrée que possible. Jeff commentait toujours mon corps, qu'il s'agisse de ma monture de 1,75 m, de mes cheveux blonds aux reflets bruns, de mes yeux bleus, de mes seins 95D ou de mon cul grassouillet, il avait toujours quelque chose de bon à dire à ce sujet, alors je sais que le dur labeur en valait le coup. La bite de Jeff qui claquait en moi m'a arraché à mes pensées assez longtemps pour savoir que j'avais mes jambes derrière la tête depuis trop longtemps, et que je commençais à avoir des crampes, sans parler d'une légère brûlure au sol. Je me suis dégagé les jambes et je l'ai poussé d'un coup de pied pour qu'il tombe sur le lit de côté. Il a souri quand je me suis levé et que j'ai fait une petite danse sexy pour lui, ce qui était vraiment moi en train de m'étirer les jambes, mais hé, il ne le savait pas. Son corps brillait dans la faible lumière de la lampe sur la table de nuit, brillait directement sur la moitié inférieure de son corps, et à ce moment la moitié la plus importante. J'ai rampé jusqu'en haut du lit et juste au-dessus de lui, j'ai pris sa bite, et je l'ai glissée en moi.

"Oh oui bébé, c'est ça, maintenant c'est à mon tour de m'amuser un peu ", ai-je souri en souriant.

J'ai commencé lentement et je me suis construit sur un rythme que je savais que nous pouvions tous les deux apprécier. Je ne devenais pas folle et folle de lui, mais je rebondissais assez vite sur lui, et à chaque fois que je descendais, une petite vibration me traversait le corps, ce qui me faisait picoter partout, ce qui nous permettait d'avoir un meilleur roulement pour tous les deux. Il a saisi le côté de mes hanches et m'a aidé à glisser le long de sa merveilleuse queue de 7 pouces qui m'a rempli complètement, qui m'a tendu si large, et m'a fait jouir à plusieurs reprises. J'étais perdue dans la luxure et je me pinçais les mamelons, ce qui ajoutait au plaisir déjà immense que je ressentais.

"Tu aimes cette bite ?"

"J'adore cette bite ! J'en ai jamais marre que tu me bourres la chatte !"

"C'est une bonne chose que tu le fasses, parce que je vais m'y mettre un paquet de poupée !"

L'entendre parler de me baiser tout en me baisant m'a rendu plus chaud pour une raison quelconque, et j'ai senti le besoin de me grincer la chatte sur lui, afin qu'il puisse "accidentellement" brosser mon clitoris encore et encore autant que je voulais qu'il le fasse. J'ai tapoté ses mamelons avec mes doigts, ce qui l'a poussé en moi à la hâte, me donnant ces jolies petites vibrations que j'aime tant. J'ai dû saisir la tête de lit pour l'empêcher de heurter le mur. Je le chevauchais aussi bien que je le voulais quand j'ai vu surgir de nulle part un bref éclair dans le coin de mon œil droit. Je me suis secoué la tête en regardant les trois fenêtres à ma droite, mais je n'ai rien vu, alors j'ai haussé les épaules et je suis retourné vers ce putain de Jeff.

"Qu'est-ce que tu regardes là-bas, bébé ?" Jeff a demandé.

"Rien, j'ai cru voir quelque chose, je suppose que non. Pourquoi ? Tu vois quelque chose qui te plaît ?"

"Putain ouais, mais une fois que tu seras à quatre pattes, je verrai quelque chose que j'aime !"

J'ai gloussé en descendant de lui et je me suis mis à quatre pattes face aux fenêtres. J'adorais l'idée d'attendre que sa bite plonge en moi dans cette position, alors je ne regarde jamais en arrière jusqu'à ce qu'il me l'enfonce en moi. D'un geste rapide, j'ai senti ses mains sur mes hanches et sa bite se replacer en moi, et j'ai gémi et baissé la tête quand la sensation écrasante est venue sur mon petit corps.

"Mmmmmmmmmmm fuck Jeff, fuck my tight pussy till it cums all over you !"

Il n'a pas perdu de temps à me tirer en arrière en lui comme sa bite s'est penchée en avant dans ma chatte affamée. Il me le donnait vraiment bien, baisant ma chatte fort et profond, et j'adorais ça. J'ai retourné mes longs cheveux vers l'arrière et j'ai commencé à le rencontrer poussée pour poussée alors que le bruit de notre peau battant des mains remplissait la pièce. J'ai pris les draps dans ma main et gémis quand j'ai senti sa main glisser sur ma chatte remplie de bite et s'attacher à mon clito, putain ça faisait tellement de bien.

"Baise-moi Jeff, baise-moi ! Fais-moi jouir partout sur ta bite bébé ! Fais-moi jouir, putain !"

Il a grogné et serré mon clitoris comme il m'a baisé, me forçant à serrer mes yeux fermés comme je me concentrais sur le plaisir que ma chatte obtenait. Chaque fois que j'essayais d'ouvrir les yeux, ça devenait si intense qu'ils se refermaient d'eux-mêmes, et ma lèvre se mordait toute seule, alors j'ai tout simplement suivi le mouvement. J'étais au paradis, je me faisais baiser bien et durement et je pouvais dire que j'allais avoir un bon orgasme, mais je voulais le faire durer le plus longtemps possible, comme ça je me sentirais encore mieux quand je ferais du sexe. Je gémissais et j'étais complètement perdue dans le moment où je pouvais jurer avoir vu un autre flash à travers le craquement de mes yeux. Je n'étais pas tout à fait sûr, mais j'avais l'impression d'avoir vu quelque chose, comme une petite glissade de lumière dans ma vision. C'était peut-être mon cerveau qui enregistrait un orgasme parce que je n'avais même pas eu le temps d'en débattre, j'avais atteint mon point d'ébullition et je convulsais de la force de la bite de Jeff profondément dans ma chatte et ses doigts s'enroulaient autour de mon clito. Ça m'a frappé comme j'aime être baisé, fort et rapide.

"Qu'il aille se faire foutre, Jeff ! Je suis en train de jouir, putain je suis en train de jouir ! Oh mon putain de dieu !"

En un instant, mon corps était devenu un vibromasseur humain comme je l'étais venu. Mon corps a pris sur un esprit de ses propres pendant que ma chatte a pulsé autour d'une bite qui a continué à me baiser par mon orgasme, et après que mes bras se sont éteints, laissant mon cul poking vers le haut dans l'air. Alors que je sortais la dernière partie de mon orgasme en beauté, j'ai entendu Jeff se mettre à grogner et ses coups en moi sont devenus plus urgents.

"Oh merde Sally, je vais jouir ! Retourne-toi ", s'exclama-t-il en me tirant hors de moi.

J'ai utilisé mon petit peu de force et me suis retourné sur le dos pendant qu'il grognait et me mettait son sperme chaud sur la poitrine. Je n'ai jamais été du genre à avaler du sperme, mais j'ai adoré ça sur la poitrine, les seins et le visage. Quand il n'avait plus rien à donner, il est tombé à côté de moi et a repris son souffle alors que je frottais son sperme sur ma peau.

"Wow bébé, quoi que tu fasses pour garder ta chatte si serrée, continue de le faire," il a souri.

"Tant que tu continueras à me baiser comme ce bébé, ce sera aussi serré que tu veux."

Je l'ai enjambé et je l'ai embrassé un moment avant qu'il ne jette un coup d'œil au réveil. "Oh merde bébé, j'ai perdu la notion du temps ! Je dois y aller, j'ai une grande présentation demain."

J'ai soupiré. "Ok, mais tu dois te racheter, tu ne restes plus comme avant."

"Je sais, je sais. Les heures qu'ils me donnent sont folles et c'est plus facile de partir de chez moi. Je dois y aller, mais je me rattraperai, je te le promets," dit-il en finissant de s'habiller, en m'embrassant et en laissant la porte ouverte.

Je me suis levé, j'ai jeté un coup d'œil par la fenêtre du milieu de mon appartement, puis j'ai allumé la télé. Je pensais que c'était allumé quand on baisait, peut-être qu'on a appuyé sur la télécommande ou quelque chose comme ça. "Ça doit être le flash que j'ai vu, personne ne nous a vus. Qu'est-ce que ça aurait pu être d'autre ?" me suis-je demandé. Je l'ai sorti de ma tête et je suis allé prendre une douche, puis je me suis assis avec ma crème glacée, mes biscuits et ma crème préférés et j'ai regardé quelques films. Au milieu de la seconde, je me sentais trop fatiguée et rassasiée par la crème glacée, alors je me suis couchée tôt et je me suis endormie tôt, toujours en train de bourdonner à cause du grand sexe.

Le lendemain au travail était assez normal, sauf pour une petite situation qui m'a rappelé la veille. Un collègue m'a dit que quelqu'un avait fait des économies pour imprimer des annonces plus rapidement (je suis dans la publicité) et notre patron l'a découvert. Elle m'a dit qu'il avait dit qu'il garderait un oeil sur nous. Cette dernière déclaration m'a fait penser encore une fois que peut-être quelqu'un regardait Jeff et moi faire l'amour, je veux dire oui, je vis au 16 e étage et il faisait un peu sombre dehors, mais les rideaux étaient ouverts et ils ont tous ces gadgets où vous pouvez zoomer et le régler en mode nuit et tout ça. Mais peut-être que j'y voyais un peu trop fort. Qui se donnerait tant de mal pour avoir un spectacle gratuit ? Je me suis convaincu que j'avais raison et j'ai passé le reste de ma journée de travail aussi normalement que possible et sans incident.

Je suis rentré à la maison, j'ai vérifié mes messages et je me suis assis une minute, fatigué de marcher avec des talons toute la journée et d'avoir réchauffé des restes de nourriture chinoise d'hier. Je suis entré dans ma chambre et j'ai ouvert mes rideaux (je ne les ferme que lorsque je suis parti ou que je dors) et je me suis assis à une rediffusion de Sex and the City en pensant à la façon dont Jeff allait se racheter en me quittant hier soir. J'ai fini de manger et j'étais enfin détendue, mais j'avais encore environ une demi-heure avant que Jeff ne quitte le travail, alors j'ai décidé de passer le temps à surfer sur les canaux. J'ai rappelé les quelques personnes qui m'avaient laissé des messages et je leur ai dit que je passais la journée avec Jeff, et juste après avoir raccroché, je suis passée à l'une de ces chaînes sexuelles qu'il faut commander pour obtenir. Je pensais que la compagnie de satellites avait merdé et me les avait donnés gratuitement, mais c'est devenu évident, Jeff. Les hommes et leur porno. Je me suis dit que c'était quoi le problème et je l'ai laissé sur le canal, juste au moment où l'homme pénétrait dans la blonde aux faux-tirets. Il la frappait fort et serrait ses seins de silicone si fort qu'ils auraient pu éclater en elle, mais je dois admettre que j'étais vraiment excitée. J'ai perdu mon chemisier et ma jupe de travail, j'ai glissé ma main dans ma culotte et je me suis doigté au rythme de la fille à la télé qui se faisait baiser. Je me sentais bien, mais pas aussi bien qu'une bite vivante qui m'étirerait la chatte. J'ai pris mon téléphone portable sur la table de chevet et j'ai composé le numéro de Jeff que je tenais en main pendant que je continuais à me doigter avec l'autre.

"Allô ?"

"Hé chérie, quand est-ce que tu finis ? Je me sens excitée et j'ai besoin de toi tout de suite."

"Je suis vraiment désolé bébé, mais je dois travailler tard ce soir. Mon patron vient d'arriver avec de nouveaux chiffres et je dois y passer la nuit. Personne ne peut partir tant que ce n'est pas fini."

"Quoi ? Tu m'avais promis de te racheter ! Qu'est-ce que je suis censé faire maintenant ?"

"Tu n'as plus d'accessoires ? Je suis désolé, mais je suis coincé ici. Il a dit que nous ne devrons pas rester tard demain, je te promets que je me rattraperai."

"Tu as bien raison, tu le feras ! Je suis vraiment excitée et tu n'es pas là pour m'aider. Je suppose que je peux prendre soin de moi ce soir, mais tu ferais mieux d'être là demain, sinon ce sera l'enfer à payer !"

"Je chérirai, je te le promets. Je dois y aller, je te parlerai plus tard quand je quitterai le travail demain au revoir..."

"Bye chérie..." C'était trop tard, il avait déjà raccroché.

Je suis allé dans mon tiroir et j'ai sorti mon fidèle (mais malvenu) gode de 7 pouces que je n'avais pas utilisé depuis plus de neuf mois, par courtoisie d'avoir la vraie chose. Me faire plaisir faisait presque partie du passé, mais grâce à Jeff et à son travail, c'était la seule option ce soir, et il fallait que je m'en sorte.

J'ai éteint les lumières, alors j'ai eu la lueur de la télé et j'ai passé le godemiché sur ma chatte. Il m'a poussé contre mon clito et m'a fait frissonner, m'enveloppant instantanément la poitrine et me serrant contre lui. Maintenant, la femme est sur lui en train de le chevaucher avec ses gros seins rebondissant sur son visage, et lui enfonçant son énorme bite dans le sien. Je glisse lentement ma culotte le long de mes jambes et passe le gode sur ma chatte, me taquinant pendant que je regardais l'action à l'écran se dérouler. Je sentais ma chatte palpiter d'impatience attendant d'être remplie, alors j'ai mis fin à la torture et j'ai mis le gode sur mes lèvres et l'ai enfoncé. Je n'ai pas pu m'empêcher de pousser un soupir de plaisir alors que je le poussais en moi jusqu'aux fausses boules. Je me suis mordu la lèvre à l'instinct en la tirant vers la tête et en la faisant glisser de plus en plus vite. J'ai fermé les yeux et je me suis concentré à me pomper et à pomper la femme à la télé en criant chaque mot de malédiction pendant que le gars se faisait baiser le cul. J'ai glissé le soutien-gorge dans ma poitrine et j'ai pincé mon mamelon en enfonçant le godemiché dans ma chatte à pleine vitesse. Mes yeux se sont ouverts quand j'ai éraflé mon clito et m'ai fait sortir le godemiché de ma poche. Alors que je m'asseyais pour l'attraper, j'ai vu un flash me sauter dans les yeux. L'idée d'être regardé de nouveau m'est venue à l'esprit, mais vu les circonstances, je n'allais pas trop y penser. Ça m'a assommé une seconde, mais pas assez pour me dissuader d'avoir un orgasme. J'ai mis ça sur le compte de la télé et j'ai vite remis le godemiché dans ma chatte en attente. Il ne m'a pas fallu longtemps pour me replonger dans une frénésie, en me poignardant la chatte encore et encore.

"Oh merde. Jeff espèce d'idiot, tu pourrais être en train de baiser cette chatte en ce moment," j'ai gémi.

L'homme à la télévision a fait l'éjaculation dramatique sur le visage de la femme, et elle l'a enlevée avec ses doigts et les a aspirés proprement. Je n'aime pas vraiment avaler personnellement, mais la voir le faire m'a rendu très sexy. J'ai lâché mon sein et glissé ma main le long de mon corps jusqu'à ce qu'il soit juste au-dessus de mon clito et l'ai frotté furieusement pendant que je me pompais plein de fausse queue. J'ai regardé ma chatte en bas comme j'ai agressé et abusé de lui à ma satisfaction. Ma main droite montait et descendait avec le godemiché et ma gauche étouffait mon clitoris avec ses doigts. Je construisais à un orgasme vraiment bon induit par moi-même et me baisais pour tout ce que je valais, ne gémissant à personne comme je me suis fait frigged stupide. Mon orgasme approchait à grands pas quand il s'est produit de nouveau, un éclair de lumière rapide a attiré mes yeux. Cette fois, c'était indéniable, quelqu'un me regardait ! Je ne pouvais pas le blâmer à la télévision parce que c'était sur l'écran noir avec le générique de fin, alors je savais que c'était quelqu'un de l'extérieur. Il y a trois fenêtres sur le mur directement en face de celle sur laquelle mon lit était avec la télévision à côté du milieu, et celle du milieu avait la meilleure vue, mais elles pouvaient toutes montrer une vue magnifique de mon lit de l'extérieur des fenêtres. C'était peut-être le fait que j'étais excité à mort, mais l'idée d'être regardé ne m'a pas du tout découragé, ça m'a excité. J'ai commencé à me baiser encore plus vite qu'avant et j'ai pincé l'enfer sacré de mon clito, respirant de plus en plus lourd à chaque poussée dans ma chatte et en serrant mon clito.

"Oh mon dieu oh mon dieu oh mon dieu oh mon dieu, merde ! Je vais jouir, putain", ai-je sursauté à personne.

La pression dans ma chatte s'est construite et s'est construite jusqu'à ce que je sente les parois de ma chatte serrée contre le godemiché et je suis venu, fort. J'ai fermé les yeux et je l'ai laissé couler à travers moi comme je suis venu ; les jambes tremblant, les bras tremblant, incapable de parler. J'ai été frappé par ce qui a été le plus grand orgasme que je me sois jamais donné, mais au fond de moi, je savais que je ne pouvais pas m'en attribuer tout le mérite. J'ai laissé le godemiché dans ma chatte et je suis retombé sur le lit et me suis allongé là. J'ai juste eu un grand orgasme devant un public, mais certainement au moins une personne, mais à ma grande surprise, je n'étais pas fâché ou énervé du tout, ça m'a excité à nouveau ! L'idée d'être regardé pendant que je me baisais me faisait frissonner la colonne vertébrale, ce qui n'arrivait habituellement que lorsque quelque chose m'excitait vraiment. Je suis venu si bon à l'idée d'être regardé que je dois juste le refaire, mais cette fois je veux une vraie bite, pas une imitation bon marché. Demain, je m'assurerai que Jeff me baise à mort, et je veux que celui qui m'a vu me regarde comme ça arrive, tu veux un spectacle, je te donnerai un spectacle.

Sur le chemin du travail, je pensais à mon petit voyeur. J'étais assis à mon bureau à essayer de trouver qui ça pouvait être. C'était le meilleur sperme solo que j'ai jamais eu et je ne sais pas qui remercier pour m'avoir aidé avec ça. Je n'aurais jamais pensé que quelque chose d'aussi insignifiant que d'être regardé pouvait me rendre si excité et fou de sexe. Si j'avais porté des bas comme j'allais le faire, je suis sûre qu'ils colleraient à mes jambes à cause de ma chatte qui fuit par ma culotte. Je me demandais qui ça pouvait être. Est-ce que c'est quelqu'un que je connais, quelqu'un de très proche ? Quelqu'un que j'ai rencontré quelque part, qui s'est intéressé à moi ? C'est un parfait inconnu ? Est-ce que c'est quelqu'un qui regardait par la fenêtre au moment où je faisais l'amour et que j'ai vu un spectacle gratuit et qui voulait la photo au lieu des mille mots ? Je n'avais aucune idée de qui ça pouvait être, mais le mystère le rendait d'autant plus excitant. Puisqu'il y a d'autres bâtiments autour de celui-ci, j'ai pensé qu'ils pourraient me regarder par la grande fenêtre derrière moi et les autres travailleurs dans ma rangée, ou peut-être que c'est un collègue de travail ! Peut-être que quelqu'un ici me surveillait en ce moment, mais en le gardant secret pour que je ne soupçonne rien. Je dois admettre que si c'était l'un de mes collègues qui serait fantastique, je pourrais les taquiner sans qu'ils sachent que je savais qui c'était et que je continue à faire vivre ce fantasme. La pensée de ceci m'a fait courir ma main dans ma culotte déjà mouillée et jouer avec ma chatte, j'ai dû mâcher mon stylo pour ne pas faire de bruit juste au cas où quelqu'un me regardait vraiment. Vous ne pouvez pas voir sous le bureau, mais il ne serait pas difficile d'imaginer ce qui se passait. J'ai réussi à atteindre un tout petit, tout petit orgasme avant de décider de l'arrêter au cas où quelqu'un qui ne voulait pas voir cette vue s'en rendrait compte. Mon nouvel amour du voyeurisme m'a tellement excité, mais ça ne valait pas la peine de perdre mon emploi, alors je me suis léché les doigts et je me suis remis au travail à contrecœur.

Étonnamment, la journée a passé plus vite que je ne le pensais, probablement parce que mes pensées se sont embrouillées lorsque notre patron a appelé tout le monde pour une réunion surprise qui a pris le reste de la journée de travail, mais quand je suis parti, mes pensées sont revenues où elles devaient être. Quand j'étais presque à la maison, Jeff m'a appelé pour me dire qu'il quittait le travail tôt et qu'il se rendait à mon appartement et qu'il allait se racheter pour m'avoir laissé tomber hier avec un peu de sexe, je l'ai raccroché et lui ai dit que ça avait intérêt à être super, alors que je me garais sur le parking et que je montais à mon appartement.

J'ai pris une douche rapide, mis de l'huile pour bébé (je sais, mais ça rend ma peau si douce) et j'ai mis ma chemise de nuit en soie noire pour bébé. J'ai ouvert mes rideaux et je me tenais devant chaque fenêtre, souriant et jouant avec le petit noeud de ma chemise de nuit en espérant que celui qui me regardait était à la maison aujourd'hui. Avec les trois immeubles d'appartements dehors et les rideaux fermés à perte de vue, je ne pouvais pas dire d'où regardait mon "spectateur", et il commençait tout juste à faire nuit, alors je savais que j'aurais besoin de lumière dans la pièce. Pendant que j'attendais que Jeff me montre, j'ai un peu monté la scène ; j'ai déplacé la chaise légèrement devant la fenêtre à l'extrême droite et j'ai reculé la télévision sur le mur dans l'espace entre les fenêtres. La fenêtre gauche était assez claire, alors je l'ai laissée telle quelle. Alors que j'allumais la lampe et déclarais que la pièce était prête, j'entendis un coup de poing à la porte. Je n'ai pas perdu de temps et je me suis dirigé vers la porte, l'ouvrant pour voir Jeff debout là avec des fleurs et des chocolats.

"Hé bébé, je suis désolé de ne pas avoir..."

"On en reparlera plus tard, viens ici MAINTENANT !"

Je l'ai arraché et j'ai commencé à lui enlever ses vêtements frénétiquement quand je l'ai embrassé et que je suis retourné dans ma chambre. Quand nous sommes arrivés, il ne portait que des chaussettes et des caleçons noirs, je me suis débarrassé de ces chaussettes noires ridicules, puis j'ai glissé de son caleçon et je l'ai poussé sur le lit, en parfaite vue des trois fenêtres. J'ai laissé tomber ma chemise de nuit sur le sol à mes pieds et j'en suis sorti en rampant entre ses jambes, j'ai attrapé sa queue et je l'ai lentement glissée dans ma bouche.

"Oh merde Sally, suce-le juste comme ça !"

J'ai marmonné autour de sa bite et j'ai continué à sucer. Je commençais vraiment à m'y mettre, pour ne pas dire que je n'en ai pas l'habitude, mais dans les circonstances, j'avais l'impression que je ne pouvais pas en avoir assez de sa bite. Je l'ai pris plus loin dans ma bouche que je ne l'ai jamais fait auparavant, juste un pouce au-dessus de ma gorge, et j'ai roulé ses couilles dans ma main pendant que je le sucais encore et encore. Il a mis ses deux mains sur ma tête et a essayé de forcer le reste dans ma bouche, mais je lui ai serré les couilles assez fort pour lui faire savoir que ce n'était pas le cas, et il les a juste laissé se reposer là comme un guide. Quand je l'ai sucé, j'ai commencé à penser que puisque je n'avais pas vu un flash ou quoi que ce soit, qu'il n'était peut-être pas là ou qu'il ne regardait pas, et j'ai commencé à être un peu déçu, puis juste avant de refermer les yeux j'ai vu un bref flash dans le coin de l'œil. J'étais soulagé et j'ai été 1000 fois plus excité en même temps en sachant que j'allais être regardé à nouveau, et que cette fois j'étais conscient que j'allais être regardé. J'allais lui donner quelque chose pour qu'il se souvienne de cette nuit-là, j'en étais sûr.

J'ai balancé ma jambe sur lui et j'ai poussé ma chatte dans son visage, et il a immédiatement commencé à me manger comme je savais qu'il le ferait. La sensation de sa langue qui coulait sur chaque surface mouillée de ma chatte me rendait folle, je ne suçais même plus sa bite, je la tenais juste dans ma main pendant qu'il me mangeait. Je me suis rassemblé assez pour sucer le bout et le branler pendant qu'il continuait à enfoncer cette langue merveilleuse dans ma chatte. J'ai gémi en l'air quand il a aspiré mon clitoris exposé entre ses lèvres et a enfoncé ses doigts en moi. Je n'en pouvais plus, j'ai sucé le bout de sa bite une fois de plus et j'ai rampé par-dessus lui et je me suis mis à genoux à côté de lui sur le lit.

"Donne-moi cette bite, j'en ai vraiment besoin tout de suite ! Viens me baiser !"

Je l'ai entendu se mettre à genoux derrière moi. J'ai adoré ce moment avec passion, attendre que sa bite entre en moi à n'importe quel moment sans que je sache quand cela allait arriver a été la plus grande ruée que j'aie jamais ressentie, et bien, peut-être la deuxième plus grande maintenant. Il m'a massé le cul, me taquinant depuis qu'il savait que j'aimais ce moment et qu'il gardait ses mains sur mes hanches, sa queue ne me touchant pas tout le temps. L'anticipation me tuait, mais m'excitait encore plus. J'ai regardé par les fenêtres et j'ai cligné de l'œil au moment où je sentais sa bite pousser mes lèvres, puis me glisser jusqu'à l'intérieur d'une seule pression à fond.

"Uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuugh," je gémis en fermant les yeux dans un pur plaisir. "Baise-moi bébé, baise cette chatte fort. J'ai été une mauvaise fille et j'ai besoin d'être punie !"

Il m'a tiré sur sa bite et a commencé à me baiser comme je le lui avais demandé, durement. J'ai senti mon cul applaudir contre lui et j'ai fait de mon mieux pour qu'il suive ses mouvements, mais il me baisait complètement trop vite, alors je l'ai laissé faire tout le travail pendant que je criais et gémissais.

"Tu aimes ce bébé bite ? Tu aimes ma façon de te baiser ?"

"Oui, j'adore ça ! Oh mon Dieu, tu me baises pour que le bon bébé ne s'arrête pas," j'ai crié.

J'ai senti ses mains quitter mes hanches, mais il n'arrêtait pas de me baiser, alors je n'ai rien dit. Il m'a attrapé les cheveux avec les deux mains, les a tenus ensemble et les a tirés, ce qui m'a fait cambrer le dos, de sorte que mes seins étaient en train de sortir vers l'extérieur pendant qu'il me baisait. J'ai regardé par les fenêtres pour voir si je pouvais voir quelque chose, mais la lumière réfléchie et tout ce que je pouvais voir était un reflet de moi se faisant baiser. Je me suis pris la note d'allumer plus de lumières et de passer par la fenêtre et j'ai grincé de plaisir pendant que la main de Jeff se frayait un chemin jusqu'à mon clito. Mes yeux se battaient avec eux-mêmes pour rester ouverts et regarder par la fenêtre, mais comme je me faisais frapper et que mon clitoris se frottait si fort que c'était impossible, j'ai fait un geste moi-même.

"Putain, Jeff chéri, assieds-toi sur la chaise, je veux te monter, je veux monter cette bite !"

Il a lâché mes cheveux et, par instinct, mon corps est tombé dans le matelas. Il m'a giflé le cul et est allé m'asseoir sur la chaise que j'avais placée là exprès alors que j'allais couper les lumières principales dans la pièce et je suis retourné vers lui. Je me tenais au-dessus de lui, mes nichons pointés droit sur lui et j'ai grimpé sur lui. Je l'ai embrassé et j'ai attrapé sa bite en même temps et je me suis assis complètement dessus. Nous avons tous les deux gémi dans la bouche de l'autre et j'ai rapidement commencé à me lever et à me coucher sur sa bite. Il ne m'a pas fallu longtemps pour m'y mettre, car j'ai rebondi sur lui si fort que j'ai cru que la chaise allait se briser. Il m'a sucé un de mes nichons dans sa bouche et m'a aidé à me lever et à m'abaisser sur lui, ce qui m'a vraiment fait tomber, tout en me brossant le clito en même temps. Je me sentais comme une folle à la façon dont je le chevauchais, mon sein a été forcé de ses lèvres pendant qu'elles rebondissaient sur ma poitrine et que je le sortais de l'enfer. Je criais fort et je passais mes mains dans mes cheveux pendant que sa bite me perçait la chatte temps après temps agréable. J'ai dû ressembler à une femme possédée pour celui qui me regardait. Finalement, je m'étais suffisamment calmé et j'avais serré mes bras autour de son cou avec ma tête à côté de la sienne et je m'étais assis là sur lui.

"Ma chatte se sent bien bébé ? Enroulé autour de cette belle grosse bite, lui chuchotais-je à l'oreille.

"Oh bébé, tu n'as pas idée, c'est la meilleure chatte que j'aie jamais eue, de loin."

"Bonne réponse", lui répondis-je, et je me suis mis à le bercer.

J'ai commencé à embrasser son cou comme j'ai travaillé ma chatte dans les deux sens, en haut et en bas, et en cercles sur sa bite, c'était incroyable. J'ai regardé par la fenêtre parce que je voyais mieux en étant si près d'elle et je pouvais voir que les bâtiments avaient des fenêtres avec des rideaux légèrement ouverts, mais je ne pouvais rien voir au-delà de cela. Je n'ai pas vu un seul flash depuis le premier et je me suis demandé si mon voyeur était là, en me regardant m'empaler sur la queue de mon petit ami. J'ai souri par la fenêtre au cas où il serait là et j'ai recommencé à le baiser plus fort. Avant que j'aie pu retrouver mon rythme, Jeff a verrouillé ses bras autour de moi et m'a porté de l'autre côté du lit, m'a couché, et a commencé à me baiser comme missionnaire.

"Je ne sais pas ce qui t'arrive, Sally, mais j'adore ça !" Jeff a dit.

"Les hormones restantes de ne pas avoir été baisées hier", je me suis plaint quand sa bite m'a rempli.

"Je devrais peut-être sauter une journée plus souvent."

"Je n'essaierais pas si j'étais toi, maintenant ferme-la et baise moi !"

J'ai dû toucher un point sensible parce qu'il a attrapé mes mains et les a jetées par-dessus ma tête et m'a frappée de la pire des façons, et j'ai adoré chaque seconde de ce moment. Il me baisait si vite que mes jambes rebondissaient autour de moi que j'ai dû les enfermer autour de lui. L'odeur de notre sexe était encore fortement enveloppée dans la pièce alors que je le regardais dans les yeux et le suppliais, le suppliant de me baiser plus fort. Il n'a pas mis longtemps à s'y conformer et en quelques secondes, l'arrière de ma tête s'est collée au matelas dans le bonheur. J'ai regardé derrière moi aux fenêtres de ma position renversée et je n'ai toujours pas vu de flash, je commençais à penser que peut-être Jeff et moi étions seuls aujourd'hui. C'était une honte parce que je faisais vraiment un bon spectacle, et Jeff faisait vraiment sa part en me baisant l'enfer vivant, je ne me souviens honnêtement pas la dernière fois que j'étais aussi excitée et que je me suis fait baiser aussi bien pendant si longtemps. Je suis resté allongé là et je l'ai laissé me ravager jusqu'à ce que je trouve quelque chose qui attirerait certainement son attention s'il était là, ou toute autre personne qui regardait par la fenêtre en ce moment, quelque chose dont il aurait certainement voulu une photo. Je lui ai attrapé le cul et l'ai empêché de me baiser en tenant son corps contre le mien, et je l'ai lentement roulé hors de moi. Il avait l'air confus quand je me suis levé et que je me suis approché de la fenêtre du milieu, que j'ai poussé ma moitié supérieure contre elle et que je lui ai tendu la moitié inférieure vers l'extérieur.

"Ne reste pas assis là, la bite à la main, viens ici et baise moi !"

J'ai beaucoup souri quand il s'est approché de moi, en se branlant la bite pendant qu'il se dirigeait vers moi. Il m'a forcé contre la fenêtre, m'a écrasé les seins contre elle, a levé ma jambe et a repoussé sa bite en moi. Le seul moyen de pression que j'avais était de pousser la vitre et de gémir bruyamment, mais comme le corps caché était si près du mien, je n'ai jamais quitté la vitre.

"Oh merde bébé, les gens pourraient nous regarder baiser en ce moment", j'ai roucoulé.

"Qu'ils regardent, c'est le mieux qu'ils puissent faire pour cette chatte !"

Le fait qu'il disait cela m'a tellement excité que je savais que quelqu'un me faisait un bon gros plan de moi par l'intermédiaire de la caméra. Il m'enfonçait sa bite dans les couilles à chaque fois que sa bite entrait en moi. J'étais perdu dans le plaisir, à me faire bousculer comme ça devant quelqu'un dont l'intention était de me regarder me faire baiser, et le mien pour le laisser me regarder. Il a laissé tomber ma jambe et m'a baisé en position debout en levrette alors que j'étais forcé de pousser contre la fenêtre pour pouvoir prendre ses coups durs, je n'aurais pu imaginer une meilleure situation. Il a ensuite soulevé mon autre jambe et m'a embrassé le long de mon cou pendant qu'il retournait me baiser avec ma jambe en l'air, tout le temps avec moi regardant des yeux rêveurs par la fenêtre.

Il m'a baisé contre la fenêtre comme ça pendant un moment avant de poser sa main sur mon clito et de recommencer à le travailler. Au même moment, une lumière s'est allumée dans la pièce en face de celle où nous nous trouvions, et dans ma tête qui a enregistré que j'étais effectivement observé. Combinez tous les facteurs qui font que je me fais baiser contre une fenêtre, que mon clitoris est plein de plaisir et que quelqu'un qui regarde tout cela m'a amené à un niveau que je ne connaissais pas auparavant, honnêtement. La jambe sur laquelle j'étais debout devenait faible et je sentais mon corps gicler et ma chatte se refermer autour de la bite de Jeff.

"Oh, continue de me baiser Jeff, je vais jouir, oh mon dieu je vais jouir !" J'ai gémi.

J'ai commencé à respirer plus fort en regardant par la fenêtre de la pièce où la lumière s'est allumée, en pensant à la personne qui se branlait sur moi et qui se faisait baiser fort contre une fenêtre. Cette pensée et le coup de poignard urgent de la bite de Jeff poignardant en moi aussi bien que lui pinçant mon clitoris m'a envoyé par-dessus bord, grand temps. J'ai fermé les yeux et j'ai tenu la fenêtre pour ma chère vie alors que je venais crier comme si j'étais en train d'être tué. Je sentais mon humidité couler le long de ma jambe alors que je me couchais contre la fenêtre en essayant de reprendre mon souffle. Je ne sais pas combien de temps j'ai été étourdi, mais quand je suis revenu à la réalité, Jeff s'accrochait à moi en me serrant fort et en me serrant les dents, il allait arriver.

"Rentre en moi bébé, remplis ma chatte de ton sperme chaud, bébé !"

Il a suffoqué parce que je le laissais rarement jouir en moi, mais il n'a pas eu le temps d'en discuter car je l'ai senti me serrer et quelques secondes plus tard j'ai senti son sperme chaud commencer à couler en moi. Si j'avais eu la force, j'aurais pu revenir juste en ressentant cela, mais j'étais trop anéantie de tout le reste, alors j'ai juste aimé ce sentiment. J'ai remarqué que la lumière de l'autre côté du chemin n'était plus allumée, mais je n'y ai pas trop réfléchi avec tout le sperme qui m'inondait à l'intérieur. Quand il a fini de jouir en moi, il est tombé par terre, et comme il était la seule raison pour laquelle j'étais encore debout, je suis tombé avec lui.

"Waouh bébé, c'était génial ! C'était incroyable !" dit Jeff à bout de souffle.

"Oui, je ne sais pas ce qui m'a pris", j'ai menti et j'ai souri.

"Tu t'es déchaîné ! J'espère que quoi que ce soit vous reviendra !"

"J'espère que c'est le cas aussi", me suis-je dit en me blottissant contre lui sur le sol. Je me demandais à quoi il pensait, qui qu'il soit en nous regardant baiser, moi me baiser, puis nous regarder baiser une deuxième fois. Je me demandais à quoi il pensait maintenant que le sexe était terminé. Utilisait-il simplement son appareil photo pour avoir une meilleure vue ou prenait-il vraiment des photos ? Je ne savais pas et au moment où je m'en fichais, j'espérais juste que ce ne serait pas la dernière fois qu'il nous "regardait", pour des orgasmes fantastiques.

Ça fait une semaine et je n'ai vu aucun signe qu'on le regardait baiser. J'ai essayé de nouvelles choses et fait des choses que je ne faisais pas souvent pour le faire regarder, mais je n'avais toujours rien à ma connaissance. Je l'ai fait passer pour une seule fois pour une chose, et il est passé à regarder quelqu'un d'autre. J'aurais dû être soulagée comme une femme normale, mais j'ai été un peu déçue que mon nouveau fantasme prenne fin si tôt. Je me suis dit que ce n'était pas la fin du monde et j'ai tourné la page, peut-être que quelque chose d'autre pourrait éveiller mon intérêt, ou peut-être que quelqu'un d'autre serait intéressé à jouer au voyeur dans un avenir proche.

Le lendemain, après être sorti de la douche, je suis descendu vérifier mon courrier et j'ai remarqué une grosse enveloppe non marquée qui sortait de ma boîte aux lettres. Je l'ai pris avec le reste de mon courrier et je suis retourné dans ma chambre. Intrigué par ce que pourrait être l'enveloppe, je l'ai ouverte et j'ai sursauté devant ce que j'ai sorti. Il y avait des photos de Jeff et moi baisant depuis la première fois que j'ai remarqué le flash jusqu'à il y a quelques jours, dans différentes positions, avec de très bons graphismes. Il y en avait même un peu de moi avant que tout ça ne commence. J'ai souri en regardant les photos avec beaucoup d'enthousiasme, il a fait un zoom avant comme je le pensais, et les lumières que j'ai laissées allumées m'aident à obtenir une image de grande qualité. Toutes les photos étaient numérotées et elles étaient toutes là, donc j'étais sûr qu'il ne gardait rien, j'ai deviné qu'il était un de ces types qui aimaient juste regarder. J'ai pêché dans l'enveloppe et j'ai trouvé une petite carte collée à l'intérieur et je l'ai arrachée. J'ai vu écrire dessus et j'ai souri, heureux qu'il regardait l'heure à laquelle j'ai donné un spectacle, et qu'il me regarderait encore et encore. J'ai souri en lisant la carte pour moi-même.

"Merci pour le spectacle."